Jeux en Réalité Virtuelle

Depuis que la Réalité Virtuelle s’est démocratisée dans les années 2030, les corporations se sont lancées dans le filon de jeux immersifs. L’émergence des jeux en Réalité Virtuelle fut rapide et les anciens jeux vidéo, associés à l’Internet, finirent par quasiment disparaître. Les jeux RV sont aujourd’hui extraordinairement populaires : dans les pays occidentaux, il est estimé que 97 % des jeunes entre 10 et 25 ans jouent aux jeux RV. Jusqu’aux alentours de 50 ans (c’est-à-dire la première génération à avoir connue dans sa jeunesse ces jeux), le taux est important et va décroissant.

De nombreux jeux RV sortent chaque année sur le marché : les titres les plus connus sont évidemment ceux des corporations spécialisées ou des mégacorporations, mais de nombreux titres indépendants sortent, obtenant des résultats financiers intéressants et des critiques favorables. Une communauté de « gamers » très importante existe, mais seule une petite minorité de joueurs sortent des sentiers battus par les corporations.

Il est fréquent que ces jeux soient à la fois destinés au solo et au multi-joueurs : dans ce dernier cas, le multi-joueurs nécessite généralement un abonnement spécifique.

Jeux RV célèbres
  • Astral Dreams (BrainWave, Inc. – filiale de Mitsuhama Computer Technologies) : Ce TPS permet d’incarner un héros dans un monde médiéval-fantastique classique. Plus gros succès commercial de 2069, il est surtout réputé pour son univers très étendu (à tel point qu’aucun joueur n’est parvenu à finir complètement le jeu, pourtant sorti en février 2069 !).
  • Awakening: 1949 (PlanetLink Corporation) : Dans ce FPS, on incarne un soldat de l’Axe ou des Alliés. Le jeu se passe dans un contexte uchronique : l’Éveil a eu lieu en 1937 et la Seconde Guerre mondiale est toujours en cours, grâce à la maîtrise par l’Axe de sombres pouvoirs.
  • Dark Eye (Samyung Games – filiale de Samyung Corporation) : Ce jeu d’horreur psychologique a été particulièrement plébiscitée par les critiques et les joueurs. Se jouant en solo dans un mode aventure ou dans un mode multijoueur, il permet de se confronter à des choses insondables, inspirées par la littérature du Mythe de Cthulhu.
  • Dawn of Atlantis (Brillant Genesis) : Plus grand jeu multijoueurs du monde avec près de 150 millions d’abonnés, Dawn of Atlantis est de thématique médiéval-fantastique – même s’il semble se passer dans le passé du Sixième Monde. On peut y incarner, outre des métahumains, des pixies, des hommes-lézards ou des élémentaires de terre. Le jeu est en perpétuel avancement, avec des éléments de l’intrigue dévoilés chaque année par des extensions. Avec près de treize ans d’existence, Dawn of Atlantis est l’un des plus vieux jeu multijoueur encore en activité.
  • Dragon Storm (VisionQuest Games – filiale de VisionQuest Entertainment) : Ce jeu médiéval-fantastique propose d’évoluer dans un monde dominé par des dieux-dragons. La série est à son douzième opus, depuis sa création en 2050.
  • EuroWar (BrainWave, Inc. – filiale de Mitsuhama Computer Technologies) : Ce jeu de stratégie en vue de dessus met le joueur dans la peau d’un général pendant la première euro-guerre, contrôlant ses troupes. Trois campagnes sont possibles : du côté des Russes, des Européens ou des Britanniques. L’opus actuel, sorti en septembre 2069, se déroulait en 2032 (d’où son nom : EuroWar 2032) et se termine par l’armistice du 24 janvier 2033. Le producteur du jeu a annoncé d’autres jeux, prenant cette fois place pendant le Grand Jihad.
  • FIFA (Sony Entertainment – filiale de Sony Corporation) : Sony Corporation est parvenu, dans les années 2020, à obtenir la licence de jeux pour la FIFA. Depuis, la corporation produit chaque année un jeu de la série. Souvent moqué en raison de leurs défauts, chaque opus se classe néanmoins systématiquement dans le top 20 des jeux matriciels les plus vendus de l’année.
  • Final MageCraft (Samyung Games – filiale de Samyung Corporation) : Plus célèbre jeu de stratégie en vue de dessus, Final MageCraft prend place dans un univers médiéval-fantastique. Le jeu a connu trois volets, le dernier étant sorti en juin 2067. Un quatrième est prévu. Le jeu est extrêmement populaire en compétition, notamment en Corée.
  • Glitterworld (Digiland Incorporated – filiale de Kwonsham Industries) : Ce multijoueur permet d’incarner un personnage dans un immense monde mêlant performance artistique et gestion de show-biz. Glitterworld est leader sur le marché des multijoueurs dédiés aux pré-adolescentes et aux adolescentes, et compte des pics d’affluence simultané autour de 7 millions de joueurs.
  • Grand Larceny (New Line – filiale d’Horizon Group) : Ce jeu met en scène des gangsters dans une gigantesque ville fictive des années 1920. Appartenant à une mafia ethnique (irlandais, italiens, juifs ou polonais, selon le choix du joueur), il se bat pour tailler sa place. Des joueurs peuvent mettre en place des syndicats du crime, et ceux-ci sont gérés comme des vraies… avec les trahisons et les assassinats entre membres.
  • Joey Allen (Massive Entertainment – filiale de Louis Vuitton International Holding) : Cette série de jeu d’infiltration met en scène Joey Allen, agent de la CIA, dans des années 2030 uchroniques, où l’Éveil n’a jamais eu lieu, et luttant contre une mystérieuse conspiration. La série, lancée depuis 2059, a connu quatre opus : un cinquième est prévu cette année.
  • Killsquad (Evo Games – filiale d’Evo Corporation) : Dans ce FPS, vous incarnez le chef d’une équipe de mercenaires parcourant le monde. Le jeu est devenu célèbre en raison de son intensité, de la qualité de son scénario et de sa profondeur.
  • Life’s A Bitch (Harden Studios) : Bien qu’il eut fait scandale à sa sortie en 2069, Life’s A Bitch est aujourd’hui un jeu plébiscité et apprécié. Son principe est simple : vous êtes un cadre de haut-rang qui a parfaitement réussi, avec une femme adorable et quatre enfants tout autant charmants, tous parfaits… et votre objectif est de les rendre complètement fous.
  • Madden Urban Brawl (PlanetLink Corporation) : Cette série de jeux sportifs met tout simplement en scène les équipes de la North American Urban Brawl League. Comprenant environ un jeu par an, c’est un jeu sportif bien réalisé et apprécié des critiques.
  • Maelstorm (Mangadyne Corporation – filiale de Manadyne Corporation) : Sorti en février 2070, ce FPS a été un gros succès. Dans ce jeu, on suit des magiciens de différentes traditions voyageant dans les métaplans.
  • Megacorporate Life (Novatech Games – filiale de NeoNET) : Ce jeu de gestion permet d’incarner le repreneur d’une corporation, qui souhaite la transformer en une mégacorporation. Le joueur doit effectuer les bons choix, afin de se développer.
  • Neil the Ork Barbarian (PlanetLink Corporation) : Tiré de la célèbre licence, la série de jeux RV propose d’incarner à la troisième personne le célèbre héros dans un jeu d’aventure et de combat.
  • NightStalker (Brillant Genesis) : Ce jeu permet d’incarner un shadowrunner elfe de la nuit solitaire et héroïque, effectuant diverses missions pendant la nuit. Le shadowrunner, juste dénommé par son pseudonyme « Night Stalker », est peu loquace et est devenu l’ennemi d’autres criminels.
  • On Fire (Samyung Games – filiale de Samyung Corporation) : Dans ce jeu, le joueur incarne un esprit de Feu qui s’est libéré de son méchant invocateur. L’objectif du jeu est simple : aider les métahumains et tenter d’échapper à son invocateur. Le jeu est réputé pour son humour absurde et son scénario complexe, basé sur d’innombrables choix de l’esprit de Feu.
  • Paranormal Crisis (Evo Games – filiale d’Evo Corporation) : Ce FPS multi-joueurs de survival horror a un concept simple : le personnage est bloqué dans un laboratoire rempli de créature paranormales biomodifiées et cybernétisées, tout en coopérant avec les autres joueurs (ou en les éliminant pour récupérer leur équipement). Depuis la sortie du premier opus en 2060, Paranormal Crisis a connu deux autres opus, changeant de contexte, étendant l’univers et ajoutant des possibilités supplémentaires. Paranormal Crisis IV est prévu pour mars 2071.
  • Rocket Thieves (Mangadyne Corporation – filiale de Manadyne Corporation) : Dans ce jeu, on incarne des voleurs d’élite, équipés de réacteurs dorsaux, dans un jeu steampunk. Le jeu, un mélange d’aventure, d’infiltration et de combat, s’est classé quatrième jeu de l’année 2069.
  • Running in Nineties (Sony Entertainment – filiale de Sony Corporation) : Ce jeu de course, se déroulant au Japon des années 1990, propose d’incarner un compétiteur anonyme, aux commentaires sarcastiques, de touge racing (des « courses de col », où des compétiteurs roulent dans les montagnes). Son gameplay, son côté immersif et sa bande-son ont été largement salués. Le jeu a été un tel succès que Sony Entertainment envisage des suites.
  • Sahara Soldier (Ares Games – filiale d’ Ares Macrotechnology) : Cette série de jeux permet d’incarner un soldat corporatiste pendant les Desert Wars. Depuis 2060, Ares Games sort chaque année un opus de ce FPS populaire.
  • Shadowrun MMPORG (Samyung Games – filiale de Samyung Corporation) : L’un des jeux multijoueur les plus populaires, ce jeu permet d’incarner un shadowrunner. Celui-ci peut accomplir des missions pour obtenir de l’expérience et des nuyens, se joindre à d’autres shadowrunners, et obtenir le niveau 200 avec une somme suffisante pour atteindre le statut de Légende des Ombres.
  • SimCiv (Samyung Games – filiale de Samyung Corporation) : Cette série de jeu de gestion permet de créer une civilisation, avant de la faire parcourir l’histoire (des années 500 à 2 500 ans). Six volets sont déjà sortis, et un septième est en préparation pour 2071.
  • Tempest Heroes (Kumpulan Genting Entertainment – filiale de Kumpulan Corporation) : Ce jeu RV est un jeu d’arène multijoueurs en vue du dessus : chaque joueur incarne un champion. Le jeu compte 69 millions de joueurs actifs. Existant depuis février 2065, le jeu organise un tournoi très suivi : les ESUS Wolves, gagnants des saisons 2 et 4, partent favoris pour le tournoi de cette année.
  • Trog of War (Mangadyne Corporation – filiale de Manadyne Corporation) : Ce jeu se déroule dans une Allemagne alternative du Sixième Monde, suite à des évènements politiques distincts. Le joueur incarne un troll anonyme, issu d’un projet secret de laboratoire, qui se dédie après avoir été conçu pour faire le mal à éliminer des menaces variées. Déjà doté de quatre opus, la série est réputée pour ses scénarios inventifs, son humour ravageur et sa bande-son.
  • Typical Day (Cyrna Entertainment) : Immense scandale à sa sortie en décembre 2069, Typical Day met le joueur dans la peau d’un chômeur, devenu un Père Noël, qui pète complètement les plombs. Le principe du jeu est simple : tuer des gens et en évitant la police. La fin diverge néanmoins selon les choix du joueur (sélectivité des personnes tuées, confrontation avec la police, etc.). Ultra-controversé et ayant fait l’objet de plusieurs plaintes, le jeu est devenu l’une des meilleures ventes de Noël 2069 en Amérique du Nord. Le petit studio seattleite à son origine a promis de travailler sur une suite pour l’année prochaine.
  • Ultra Mario (Sony Entertainment – filiale de Sony Corporation) : Oui, le célèbre plombier italien et son univers délirant existe toujours. La franchise a subi un troisième reboot en 2065, avec la série des Ultra Mario. Les jeux se présentent toujours comme des jeux de plateforme à la troisième personne, avec un graphisme relativement old school.
  • Terminal (Digiland Incorporated – filiale de Kwonsham Industries) : Ce FPS permet d’incarner un tueur à gages anonyme en 2068. Ce dernier reste totalement silencieux pendant tout le jeu et ne donne aucune impression à son joueur, à l’exception de celles liées à ce qui semble être un sixième sens et à diverses impressions fugaces. Au fur et à mesure de la progression du jeu, il est possible de se rendre compte que la personnalité du tueur est plus complexe que prévu et que ses meurtres ont un objectif bien plus grand. Consacré par de nombreuses récompenses, notamment le GamersUnite! Trophy de 2067, le jeu a connu une suite en février 2070. Un troisième opus, prévu pour juin 2072, devrait conclure la saga.
  • Virtual Rock Star Game (Sony Entertainment – filiale de Sony Corporation) : Ce jeu permet d’incarner une rockstar débutante, en réalisant grâce à sa rapidité des chansons. Très populaire parmi les adolescents, le jeu comprend un mode multi où les possesseurs peuvent s’affronter au cours de batailles entre eux.
  • Wetwork (MagicMinds – filiale d’Amalgamated Studios) : Se présentant comme une parodie de Terminal, Wetwork permet d’incarner un « baiseur à gages » dans des aventures aussi rocambolesques que sexy. Le jeu a eu un grand succès en mars 2070, peu après la sortie du second opus de Terminal.
  • World Without Magic (BrainWave, Inc. – filiale de Mitsuhama Computer Technologies) : Ce jeu décrit une uchronie, où l’Éveil n’a jamais eu lieu et où une mystérieuse « énergie blanche » a été découverte par le conglomérat Wacks Industries. Le jeu, qui se déroule en 2034, suit les investigations d’un inspecteur de la police newyorkaise sur le tout-puissant conglomérat, qui contrôle l’énergie blanche. Le jeu a été un immense succès critique, obtenant le GamersUnite! Trophy de 2069.

[Retour sur la page principale : Matrice]

Jeux en Réalité Virtuelle

Feuer Frei! UskomatonMurmeli